Perspectives pour l'émergence d'une société harmonieuse

Submitted by :

Notre exploitation actuelle du « capital humain » conduit à un mode de vie qui nous épuise tous.

Il induit des schémas de pensée et des logiques d’actions qui sont bien trop partielles, partiales et parcellaires.

Cela conduit à des conséquences sociétales dramatiques : au niveau humain (People): à un désengagement émotionnel et intellectuel qui affecte la santé psychique et la santé physique de chacun. Au niveau environnemental (Planet), cela accélère nos besoins en ressources dans de telles proportions que nous entamons les ressources de générations futures. Enfin, ce mode de vie génère une course sans fin à des Profits qui ne s’avèrent jamais suffisant.

Nous faisons cela sans y réfléchir depuis tant de décennies qu’il nous est presque impossible d’imaginer un mode de vie qui soit centré sur l’humain.

Qu’est-ce que cela donnerait d’intégrer l’humain dans toutes ses dimensions (corps-âme-esprit) et sous toutes ses formes d’intelligences ?

Quels seraient les résultats pour les leaders et pour la société si collectivement nous nous renouvelions avec courage et sagesse, avec une vision partagée et des valeurs cohérentes, avec compassion et coresponsabilité, avec la foi et l’expérience en la Transcendance ET l’Immanence ?

Comment les leaders du 21ème siècle et l’intelligence collective pourraient « décapsuler » un futur plus durable et plus empreint de sagesse ?

Ceci est le résumé d’une conférence donnée le 1er avril 2015 à Dubrovnick avec la WAAS sur le « Leadership pour un Nouveau Paradigme »

1 – Utiliser les modèles de développements issus de la biologie (diapos 10 et 12)

Les sagesses ancestrales et les récentes découvertes scientifiques convergent.

Dans sa conférence Humanity 4.0, Michelle Holliday propose d’adapter nos attitudes sociales, comportements, intentions et manières de décider selon les modes d’évolution tels que décrits par la biologie.

Les systèmes vivants, sont créatifs, résilients, émergents tout en étant durables dans leur développement lorsque 4 polarités sont renforcées de façon continues : 1- des relations toujours plus ouvertes et fluides, 2- une convergence vers ce qui est bon pour l’ensemble 3- une explosion de la diversité, des parties qui composent le tout, 4- les capacités intégratives de chacun.

Selon son étude les générations Y et suivantes sont particulièrement bien loties et équilibrées selon ces 4 dimensions

2 – Reconnaître et accepter les découvertes de la spirale dynamique et de l’immunité au changement

Nous pouvons être plus sage et plus créatifs pour trouver de nouvelles solutions à toutes les crises.

La Spirale Dynamique, comme les logiques d’action de Torbert nous permettent de mieux comprendre les différentes logiques d’interprétations.

Chacune d’entre elles dispose de don rôle à la fois spécifique et complémentaire dans les responsabilités qu’elles autorisent, que ce soit dans les affaires, l’universitaire, ou la société civile.

Nous invitons chaque personne comme chaque culture organisationnelle à progresser tout au long de cette spirale pour s’ouvrir et débloquer des potentiels latents de plus en plus grands.

Quand au processus « Immunité au changement », de Robert Keagan il permet un cheminement individuel depuis nos comportements que l’on ne veut plus voir en soi même, à travers nos parts d’ombres et  vers les identités que nous nous sommes construites et qui sont à l’origine de nos préférences d’actions.

3- Diriger avec sagesse, rester connecté au flow et au champs akashique.

Est-ce que vous décideriez de vous suivre?

Marc Strom invite les leaders qui souhaitent faire preuve de sagesse à rechercher la brillance, l’étincelle dans chacun d’entre nous. Il les exhorte à restaurer le sens et l’espoir, à faire confiance à l’intelligence collective dans les circonstances les plus exigeantes.

Il est essentiel de créer des espaces de sécurité et de confiance pour un dialogue ouvert et constructif. Des échanges non conventionnels et non protégés peuvent changer le monde. Jenny Garret (video here) nous pose cette question : est-ce que vous êtes le leader que vous décideriez de suivre vous même ?

Erwin Lazslo, comme bien d’autres revient à la notion hindoue de champs akashique par le biais de la science moderne : physique quantique, astronomie, biologie… Il serait la source de nos découvertes et redécouvertes, de nos moments de « aha » ou de « eureka », notre voie intérieure source de créativité, de sagesse, de flow et serait à l’origine de nos sérendipités et synchronicités. Et vous, qu’en pensez-vous ?

4. Accroitre le plus possible le niveau de conscience des leaders pour qu’ils puissent faire face à la complexité croissante des interdépendances et prendre des décisions de façon plus systémiques.

Nos systèmes socio-économiques ne cessent de grandir et d’évoluer. Il nous faut le reconnaître et évoluer avec eux en complexité, car sinon nos décisions, aussi bonnes que nous puissions les imaginer, seraient tellement partielles et partiales qu’elles génèreraient beaucoup trop de dégâts collatéraux imprévus. Alors qu’à un niveau de conscience supérieur ie d’altruisme et de complexité de la part du leader ces dommages collatéraux aurait été anticipés.

Nous devons repenser et réaligner nos stratégies et conceptions du vivre ensemble depuis une meilleure compréhension de l’interdépendance des marchés et des écosystèmes dans lesquels nous vivons.

5 - Leaders, soyons audacieux et faisons preuve d’intuition: repensons et recréons cette société avec ce qui nous rassemble (diapos 2,3,5,6,9,14)

Puissent tous les leaders, les penseurs et acteurs systémiciens se réunir, anticiper concevoir et gouverner en commun pour permettre l’émergence d’un meilleur vivre ensemble.

Puissent chacun d’entre nous plonger dans ce chemin intérieur qui ouvre le cœur et l’esprit à un présent plus riche et plus heureux.

Bien des pionniers ont ouverts de nouveaux chemins et les ont pavés pour nous. C’est à notre tour de le faire pour les générations futures. Nous devrions laisser un héritage positif avec une planète et une humanité dans un meilleur état que celui dans lequel nous l’avons reçu. Les sceptiques, les cyniques et ceux qui détruisent égoïstement le bien commun ne le feront pas.

Les leaders postconventionnels font des percées, initient des changements profonds et énergisent les niveaux de conscience et logiques d’action d’un niveau supérieur. Ils le font, bien avant que l’innovation ne soit comprise et ne soit visible par la majorité conventionnelle.

Puisse le capital social devenir une nouvelle mesure de nos succès communs somme le suggèrent certaines études du Social Progress Imperative (lien), ou le Bonheur National Brut du Bhoutan (lien), les besoins humains fondamentaux de Manfred Max-Neef (lien), ou encore Leadership in metamorphosis (lien) de Gottlieb Guntern et tant d’autres études

Puisse une vision plus équilibrée et harmonieuse de la finance de marché, de la politique et des affaires émerger comme le prônent Paul Polman, ancien CEO d’Unilever (article), Henry Mintzberg (site), le World Business Council for Sustainable Development (lien), Gaia Education Ecovillage (lien), the world academy of arts and science WAAS (lien), le Leaders Forum (lien), ou encore les SDGs ou objectifs de développements durables que les nations unies lanceront en Septembre 2015 à toutes les organisations.

Puissent tous les leaders, les penseurs et acteurs systémiciens se réunir, anticiper concevoir et gouverner en commun pour permettre l’émergence d’un meilleur vivre ensemble.

Puissent chacun d’entre nous plonger dans ce chemin intérieur qui ouvre le cœur et l’esprit à un présent plus riche et plus heureux.